Cession de la plateforme alfm.fr : "Il était naturel qu'une fois bien mis sur les rails nous confions ce bel instrument à l'Union-ALFM", Olivier Brochet Directeur général de l'AEFE

12 nov. 2020
Signature du contrat de cession entre l'AEFE et l'Union-ALFM,
le 16 octobre 2020

Le 16 octobre 2020, l'Union-ALFM et l'AEFE signaient le contrat de cession de la plateforme dédiée aux anciens élèves www.alfm.fr, entérinant ainsi le transfert de propriété de cette dernière. Moment clé pour le développement de l'association mondiale, nous avons rencontré Olivier Brochet, directeur général de l'AEFE et Olivier Lahady, secrétaire général adjoint et responsable du Pôle développement du réseau au sein de l'Union-ALFM pour les interroger sur les enjeux de ce transfert.

 

L’AEFE a créé la plateforme www.alfm.fr, dédiée aux anciens élèves, il y a maintenant 3 ans. Pourquoi l’avoir cédée à l’Union-ALFM ?

Olivier Brochet : Le réseau de l'enseignement français à l'étranger a plus de 30 ans. Nous estimons que la communauté des anciens élèves, c'est à dire, tout élève ayant effectué toute ou partie de sa scolarité dans un lycée français à l'étranger, représente aujourd'hui plusieurs centaines de milliers de personnes réparties dans le monde. Ce réseau potentiel est extraordinaire pour les anciens élèves eux-mêmes, pour leurs jeunes condisciples encore scolarisés, pour nos ambassades, pour la francophonie, pour le développement des relations économiques, culturelles, scientifiques. Encore fallait-il lui donner les moyens de se constituer et de vivre. C’est pourquoi en 2017, l'AEFE a décidé de créer un réseau social performant permettant de rassembler virtuellement les anciens élèves des lycées français du monde. La plateforme alfm.fr a été conçue et développée par l'AEFE  pour faciliter les échanges et susciter l'entraide entre pairs. Elle permet aussi aujourd'hui d'informer ses membres de nouvelles opportunités professionnelles. Plus de 8 000 membres ont rejoint la communauté en ligne.

L'AEFE a financé la conception de cette plateforme et a apporté son expertise pour le développement du réseau pendant 3 ans. Mais qui mieux que l’association mondiale des anciens élève, l’Union-ALFM, peut la faire vivre, la développer pour répondre aux attentes des anciens élèves ? Il était donc naturel qu’une fois bien mis sur les rails, nous confions ce bel instrument à l’Union-ALFM.

Quels sont les enjeux de cette plateforme pour l'Union-ALFM ?

Olivier Lahady :  L’Union-ALFM a activement collaboré à la création de cet outil numérique en 2017, de la rédaction du cahier des charges aux tests de développement au lancement officiel. Il semblait donc naturel pour elle, à termes, de récupérer la plateforme puisqu'il s'agit de son ADN. Depuis sa création en 2010 - à l’occasion des premières rencontres mondiales de l’AEFE - l'association s'est donnée pour mission de renforcer, en France comme à l’étranger, les liens d’amitiés, de solidarité mais de développer le réseautage professionnel entre les anciens. La plateforme, spécialement conçue pour développer ces liens est un très bel outil. Hélas les deux entités ALFM.FR et Union-ALFM étaient distinctes et cela pouvait créer une confusion entre l’inscription à la plateforme alfm.fr et l’adhésion à l’Union-ALFM. Aujourd’hui, l’association et son nouveau Conseil d’Administration, élu en octobre 2020, souhaite concentrer ses efforts sur le développement et la promotion de cet outil. A l’aube de sa dixième année, comme l'a souligné Olivier Brochet, l’Union-ALFM est plus que légitime pour continuer à développer le réseau des anciens élèves.

Interface de la platefore alfm.fr

Qu’est-ce que cette cession de plateforme va changer pour les inscrits sur la plateforme ?

Olivier Brochet : Dans le cadre de la cession à l'Union-ALFM, l'AEFE s'est engagé à soutenir financièrement l'association pour s'assurer que les fonctionnalités du site restent les mêmes et que les membres puissent toujours bénéficier du même niveau de qualité et d'interactions. Il est bien entendu que le site restera réservé aux anciens élèves de l'enseignement français à l'étranger. Comme auparavant, chaque demande d'inscription sera vérifiée avant d'être validée. Je suis certain que l’Union-ALFM saura proposer de nouveaux projets et initiatives à ses membres pour faire vivre sa communauté. L'Union-ALFM étant une association, il est important que les membres de la plateforme puissent s'y impliquer concrètement en y adhérant. 

L'adhésion à l'association se fait en ligne et vous permet d'être représenté-e, en tant qu'ancien-ne, et de participer à des événements exclusifs spécialement organisés pour vous, comme le Forum professionnel. Votre voix compte, faites-le savoir et rejoignez la communauté des anciens élèves.   

La propriété et la gestion d'une plateforme présentent des contraintes et demandent des ressources (notamment juridiques). L'Union-ALFM est-elle assez solide pour cela ?

Olivier Lahady : Effectivement, reprendre cette plateforme signifie l'héberger, sécuriser les données des utilisateurs et l'animer au quotidien pour proposer un contenu de qualité. Pour le premier point, nous avons contractualisé avec le même prestataire que l'AEFE ce qui permet d'assurer des services similaires, notamment pour l'hébergement, et de proposer les mêmes fonctionnalités à nos utilisateurs. La protection des données a été une de nos priorités pour ce transfert, dans le respect de la loi "informatique et liberté" et RGPD. La politique de protection des données des cookies, la charte d'utilisation et le contrat de licence utilisateur final ont été revus avec des professionnels en la matière et sont consultables sur la plateforme. En toute transparence, nos utilisateurs sont informés du transfert de propriété et peuvent entrer en contact avec le responsable du traitement des données par courriel pour exercer leurs droits, s'ils le jugent nécessaire. Nous sommes très vigilants sur ces questions et avons des personnes compétentes (juristes) dans l'association pour y veiller. Notre souhait est que l'expérience utilisateur soit la meilleure possible.

Cette cession marque-t-elle le début d’un nouveau partenariat avec l’Union-ALFM ?

Olivier Brochet : L'AEFE soutient l'Union-ALFM depuis plusieurs années déjà. Il nous a toujours paru important de maintenir le lien avec les anciens élèves au-delà de leur scolarité. C'est d'ailleurs le travail que réalisent les associations locales d'anciens dans plusieurs pays. La plateforme en ligne sera un moyen pour l'Union-ALFM de faire grandir la communauté au niveau mondial et de réaliser ainsi tout son potentiel. L'AEFE continuera d'accompagner ce développement tout en encourageant l'association à se doter de nouveaux moyens pour élargir son réseau.

Concrètement, quels sont les axes de développement envisagés par l'Union-ALFM pour cette plateforme ?

Olivier Lahady : Plus de 8000 anciens issus de divers horizons ont rejoint la plateforme depuis 2017 ce qui est un bon début. Une bonne marge de progression se profile pour les deux prochaines années, notamment grâce aux actions de promotion engagées auprès des jeunes diplômés dans les établissements scolaires. Notre ambition est d'enrichir les contenus proposés aux anciens ; leur proposer des articles au plus près de leurs préoccupations, des portraits inspirants d'anciens élèves, des webinaires avec des invités exclusifs, des événements afterwork, petits déjeuners, réunion d'informations virtuelles et pourquoi pas des formats d'événements plus jovial et amusant comme des blind tests, des escapes game en ligne... La crise du Covid-19 nous a permis de réfléchir à de nouvelles façons d'être en contact et d'imaginer de nouveaux formats. Nous souhaitons aussi créer des services pour les Alumni, une sorte de market place où des entreprises partenaires pourront proposer des offres, des promotions. Il y a encore tant à faire ! Pour y arriver nous devons également recruter des community manager, des rédacteurs volontaires afin que vive cette plateforme !

Interview réalisée par Nora Chatti, chargée de mission AEFE - Service des relations extérieures et Marine Durand, coordinatrice de projets Union-ALFM


Autres communications