[Portrait] Caroline Torbey - Finaliste Trophée des français de l'étranger

13 fév. 2019

 

Ancienne élève de 2 lycées français à l'étranger :
1990 - 2002 : Lycée Dominique Savio- Douala, Cameroun
2002 - 2006 : Lycée Franco-Libanais Nahr Ibrahim, Liban.


Diplômée d'une licence en Sciences Politiques et d'un master en Relations Publiques au Liban.
Passionnée par l’écriture, Caroline a publié de nombreux articles dans le quotidien francophone L’Orient Le Jour.
Elle publie son premier roman « Quelle heure est-il chez vous ? » en 2016.
Elle crée, en 2017 une trilogie en langue française sur les proverbes libanais pour enfants, autoédité au Liban, mais écrit en langue française. De nombreuses écoles homologuées au Liban, notamment les lycées français,
la sollicitent pour organiser des ateliers autour de ce livre, et saluent l’innovation en la matière.
Elle écrit toujours ses ouvrages en français pour défendre la francophonie et la répandre dans le monde.

"Je suis née à Enghien-les-Bains (95, France) en 1988.
Après une merveilleuse enfance et adolescence passées à Douala au Cameroun où j'ai suivi une scolarité au Lycée Français Dominique Savio, je m'installe à Beyrouth en 2002 pour poursuivre mes études au
Lycée Français de Nahr-Ibrahim.
Fière de ma nationalité française et poussée par mon amour pour la francophonie et les mots, je me lance alors dans une carrière dans le monde des livres. Passionnée par l’écriture, j'ai publié de nombreux articles dans le quotidien francophone L’Orient Le Jour.

En 2016, est publié mon premier roman « Quelle heure est-il chez vous ? », suivi d'un ouvrage collectif "L'amour à 100 mains", ces 2 ouvrages publiés aux éditions Noir Blanc Etc... En 2017, je concrétise une grande
aventure : "Dessine-moi un proverbe - les proverbes libanais racontés à nos enfants", une trilogie en langue française sur les proverbes libanais pour enfants.
Mon parcours à l'étranger fut, comme pour bon nombre d'expatriés volontaires, magique et rempli de souvenirs fabuleux inoubliables. Du Cameroun, je devine encore les odeurs de pluie sur le gazon lors des
moussons, les dégradés de couleur orange lors des couchers de soleil, ma maison que j'avais transformée en une S.P.A. pour accueillir toute sortes d'animaux insolites en détresse (caméléons, cochons d'Inde
sauvages, escargots géants, tortues, perroquets, margouillats, etc...) ou encore cette chaleur humaine et les liens très forts que j'ai tissés avec mes amis libanais.

Cette vie "d'expat" m'a enrichie de jour en jour et a contribué à faire de moi ce que je suis aujourd'hui, c-à-dire une jeune femme bien dans sa peau, altruiste, à l'écoute, sensible, pleine de bonne volonté et ambitieuse qui ne laissera rien l'empêcher d'aller au bout de son rêve : transmettre, par l'écrit surtout, tout ce qu'il m'est possible et me semble bon d'apporter aux Autres !

Face à la mondialisation et à l’expatriation – je suis moi-même une enfant issue de cette mondialisation (mère française, d’origine germano-vietnamienne qui a vécu en Afrique, père libanais qui a passé aussi de
nombreuses années au Cameroun) – j’ai constaté que nous sommes de plus en plus nombreux à vivre en dehors du pays d’origine et que le risque de perdre ses racines est de plus en plus évident.
Depuis ma plus tendre enfance, j’entendais mon père, fervent patriote de sa région natale le Nord-Liban, citer des proverbes dont il me laissait le soin, pas toujours facile, d’en comprendre le sens. C’est ainsi que
m'est venue l'idée, quelques années plus tard, d’écrire « Dessine-moi un proverbe, les proverbes libanais racontés aux enfants ». Il s’agit d’une série de livres illustrés pour la jeunesse (Renée Thomas étant
l’illustratrice de ces ouvrages) qui racontent les proverbes libanais, traditions orales et héritage du pays du Cèdre, aux enfants libanais vivant au Liban, mais aussi et surtout aux enfants de la diaspora libanaise
(l’une des plus grandes du monde par son ancienneté et son ampleur) de façon enfantine et facile à mémoriser. Partant du postulat qu’une des meilleures façons de savoir où l’on va, c’est de savoir d’où l’on vient,
il m’est apparu passionnant d’écrire une trilogie sur ce thème.
Je suis très fière de cette série de livres qui apporte des racines aux enfants « déracinés »."

Propos recueillis par lepetitjournal.com


 

 

 
 

Autres communications

En poursuivant votre navigation, vous acceptez que l'AEFE utilise des cookies ou des technologies similaires pour vous proposer des services adaptés à vos besoins. En savoir plus